Interclubs CAF: L’Etat se desengage d’accompagner nos représentants !

0
1015

Après la récompense, encore de terribles  mauvaises nouvelles! On croyait que la bonne 9è place sur  12 des meilleures Associations Membres de la CAF de la Guinée grâce à la performance du Horoya AC et de l’AS Kaloum au cours des cinq dernières années en Ligue des champions africaine de football et la coupe de la Confédération africaine de football, allait mettre fin temporairement à ces multitudes de crises qui auraient mis le football guinéen dans le coma. En vain!

En effet, deux choses risqueraient de plonger notre football local dans une grave crise sans précédent dans les prochains jours voire même des mois. La première concerne la licence  club CAF et la seconde, est le désengagement de l’État pour l’accompagnement de nos clubs dans les interclubs ou les deux coupes africaines que sont la Ligue des champions africaine et la coupe CAF.

Selon nos investigations, à partir de ce nouvel exercice 2020-2021, la CAF exigerait à tous les pays à travers leurs représentants de la licence-club et non la licence-CAF. Qu’est-ce que cela voudrait dire?

La Confédération africaine de football estime que les clubs sont devenus professionnels. Elle pense donc que ces derniers ont des terrains gazonés ou synthétiques, des administrations, des bus, des contrats avec leurs travailleurs et autres.

Malheureusement, chez nous, tout le monde sait que les clubs sont en difficulté à cause de la mauvaise gestion du duo Féguifoot-LGFP. Seules deux équipes auraient la licence club CAF depuis 2014, à savoir le Horoya AC et l’AS Kaloum. Pendant ce temps, pour les prochains matchs interclubs dont les préliminaires sont programmés en novembre et dont la date limite d’inscription des clubs serait fixée en octobre prochain, sur les 4 équipes qui devraient normalement  nous représenter, seulement le Horoya AC respecte les critères. L’Ashanti, le CIK et le Wakiriya AC de Boké ne sont pas du tout dans les normes.

Aujourd’hui, ce fait inquiéterait plus d’un dans la cité. Ce qu’on n’a pas compris jusque-là, c’est que depuis la sortie du nouveau calendrier des interclubs de la CAF, la Fédération Guinéenne de Football est restée silencieuse. Alors que connaissant pertinemment  les nouveaux règlements qu’elle aurait d’ailleurs reçus, elle devrait adresser un courrier à chaque club africain pour le lui expliquer les tenants et les aboutissants dudit courrier en ce qui concerne la nouvelle saison des compètes africaines. Mais en vain !

On ne fait rien pour trouver la solution aux problèmes, jusqu’à ce que ça explose.

Le cas de la FBF  (Fédération béninoise de football) est une parfaite illustration. Elle vient de prouver aux yeux de ses paires, qu’elle est un modèle de gestion. Cependant, aussitôt qu’elle a reçue la correspondance de la CAF, elle a immédiatement informé ses deux clubs qui joueront les compétitions continentales de confirmer leur participation accompagnée d’un engagement à assurer le cahier des charges de la compétition et d’une caution bancaire ou d’un chèque certifié de vingt cinq millions de F CFA.

Alors que le temps file, la question que l’on se pose est de savoir est-ce que ces 3 clubs seront en mesure de faire l’impossible d’ici là? A ce niveau, il ne faut pas se leurrer. A part le Horoya et l’AS Kaloum, c’est le Hafia qui va avoir bientôt son mini stade gazoné à Nongo et qui a aussi beaucoup de moyens, qui pourrait avoir la licence-club. Ce qui veut dire que la FGF et la Lgfp ont plus que du pain sur la planche.

En tout cas, les réactions de ces instances nationales sont attendues de pied ferme par les férus du cuir rond, car à la CAF, l’arrangement n’a pas sa place. Un problème en cache un autre, vice-versa!

En l’air depuis plusieurs mois, il deviendrait enfin une réalité. Il s’agit du désengagement de l’État guinéen de subventionner désormais les clubs dans les interclubs de la CAF. Sûrement, cette information serait tombée comme un couperet à la Féguifoot.

Pour bien des observateurs, cette annonce du Département des Sports de la Culture et du Patrimoine Historique est une déclaration de guerre contre la Fédération guinéenne de football avec laquelle d’ailleurs, il lui avait adressé un courrier  pour des besoins d’explications sur les fonds de la FIFA et de la CAF, mais aussi sur le dossier des cadets guinéens.

Entre les deux entités, le divorce semble être définitivement consommé. C’est le résultat de la mauvaise gestion financière et administrative de la FGF qui serait à la base de toute cette affaire .

Selon un connaisseur et un haut dirigeant du football national, depuis un certain temps le ministère observait la situation dans la maison du football. Une situation qui aura souillé et déshonoré notre football à l’international.

Poursuivant, notre source a souligné que c’est cette affaire d’aide de l’État au championnat national qui aura fait déborder le vase.

En effet, pour la reprise des compétitions locales, les principaux.présidents de clubs et responsables de la Ligue pro avaient rencontré le président de l’Assemblée nationale de Guinée, Amadou Damaro Camara  et le ministère de tutelle pour une aide financière régulière pour le championnat national.

Ayant reçu  l’aval des autorités, un budget de 18 milliards de nos francs aurait été monté et déposé par la Ligue à la FGF. Cette dernière, insatiable, au lieu de transférer directement le document au département des Sports, aurait trouvé d’abord le moyen de gonfler le budget jusqu’à 52 milliards de francs guinéens avant de l’envoyer à qui de droit.

Donc, c’est cette surfacturation qui aurait irrité les cadres du ministère de tutelle, à commencer par le ministre lui-même,  Bantama Sow. Il reprocherait à la Féguifoot, sa mauvaise gestion de la chose publique. Or, tout le monde sait que beaucoup d’argent y entre là, mais malheureusement qui seraient utilisés à d’autres fins.

Pourtant, d’autres associations nationales reçoivent les mêmes montants de la part des institutions footballistiques internationales et arrivent à booster leur football sans véritable accompagnement de leur État. 

Au-delà de tout,  il faut reconnaître que  tous les acteurs de notre football sont inquiets de la tournure des événements. Les yeux sont désormais tournés vers la maison rouge jaune et vert de Teminetaye, pour décider non seulement de l’avenir du football national, mais aussi  du sort de nos représentants en coupes continentales.

N’Famara

Facebook Comments

SHARE
Previous articleMercato/Italie : Karamoko cisse s’engage pour 2 ans à Citadella.
Next articleMercato : Kerfalla Dada cissoko rejoint un club de haut du tableau d’israel
Mr Idrissa Somparé, est un journaliste guinéen, commentateur sportif, membre du département Communication et Médias de la Féguifoot, collaborateur pour la radio panafricaine Africa N°1 et animateur de radio. Il présente l'émission Sweet and Sport le dimanche soir en direct sur Sweet FM Guinée 99.3 de 15h à 17h. En partenariat avec Konate World Soccer Management Agency, il est aussi attaché de presse du Syli U23 pour le compte de la Fédération guinéenne de football. Tél : +224622815827.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here