Mikaël Dyrestam raconte son aventure avec la Guinée

0
2345

«Mon père est originaire de Borås Suede  et ma mère est originaire de Guinée , et ils s’étaient rencontrés en Afrique. Lorsque maman a déménagé en Suède en 1986, elle n’était pas avec papa, mais après avoir vécu ici pendant un certain temps, ils ont rétabli le contact.

Bien que je sois moi-même né et élevé en Suède, j’ai toujours ressenti un lien avec la Guinée. La première fois que j’y suis allé, j’avais 13 ou 14 ans. Toute la famille s’est envolée et pendant que nous y étions nous avons traversé le pays. Nous sommes allés tout le long de la capitale Conakry au sud-ouest jusqu’à Siguiri au nord-est, avons rencontré des parents en cours de route. En Guinée, il est encore très courant qu’un homme ait deux femmes et deux familles qui vivent ensemble. C’était donc avec mon grand-père, donc il y avait beaucoup de demi-frères et sœurs différents. Le plus loin dans le pays où nous sommes allés, le plus pauvre il est devenu – mais malgré la pauvreté, c’était toujours agréable de voir le pays et la nature.

J’ai rencontré ma grand-mère et mon oncle pour la première fois. Aucun d’eux ne parlait l’anglais, c’était donc à peu près s’asseoir tranquillement et se regarder. Maman devait être interprète, donc ça s’est bien passé. J’ai aussi une sœur aînée là-bas, que j’ai également rencontrée pour la première fois.

Même lorsque j’étais à l’IFK Göteborg, le sélectionneur  de l’époque Michel Dussuyer m’appelait. « Vous pouvez venir chez nous, vous serez toujours sélectionné, ce serait bien pour vous avec les matchs de l’équipe nationale ». À l’époque, je n’avais que 21 ans – j’avais encore de l’espoir pour l’équipe nationale suédoise – mais depuis lors, j’ai eu des contacts réguliers avec les gens de l’équipe nationale de Guinée.

Ma mère est  fière lorsque j’ai rejoint l’équipe. Elle a pu parler dans une chaîne de radio en Guinée de la façon dont tout avait vécu cela . Aujourd’hui, elle est extrêmement impliquée dans tout ce qui concerne l’équipe nationale, c’est presque la seule chose dont elle parle lorsqu’elle appelle. Et à l’avenir, elle espère évidemment que mon petit frère aura également la chance de jouer pour la Guinée.  Le nom de ma mère est Fofana – et c’est un nom très courant là-bas – mais Dyrestam se démarque c’est un nom. meconnu labas .

 

Facebook Comments

SHARE
Previous articleBordeaux : Présentation du profil de Daouda Diallo
Next articleRep Tcheque Cup: Kamso Mara en finale
Mr Idrissa Somparé, est un journaliste guinéen, commentateur sportif, membre du département Communication et Médias de la Féguifoot, collaborateur pour la radio panafricaine Africa N°1 et animateur de radio. Il présente l'émission Sweet and Sport le dimanche soir en direct sur Sweet FM Guinée 99.3 de 15h à 17h. En partenariat avec Konate World Soccer Management Agency, il est aussi attaché de presse du Syli U23 pour le compte de la Fédération guinéenne de football. Tél : +224622815827.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here